« Je ne peux pas me permettre de dépenser toutes mes économies dos combler l’augmentation » : l’inquiétude d’une arboricultrice face au doctorat de l’électricité

Toulouse

Haute-Garonne

Occitanie

L’augmentation des prix de l’électricité inquiète les arboriculteurs. C’est le cas notamment des producteurs de pommes qui conservent leurs fruits après la cueillette. Près de Toulouse, une arboricultrice craint cette situation.

La prolongation du bouclier tarifaire décidé par le gouvernement va limiter les prix de l’énergie à 15% à partir de février 2023. Un plafonnement qui peut sécuriser, mais qui ne concerne pas encore tout le monde. C’est le cas des arboriculteurs et notamment ceux qui cultivent des pommes. ceux-là sont obligés de les stocker pendant des mois, souvent jusqu’à mars-avril, pour bien les abriter. Un stockage dont le coût va sûrement gonfler.

« Pour l’instant, on ne nous a promis aucune don. On n’a rien entendu pour nous » déplore Sophie Ryckelynck, arboricultrice au Verger des alouettes à Vacquiers, à un peu plus de 30 kilomètres au nord de Toulouse. 

La facture d’électricité de l’été est passée de 600 à 890 euros

La tendance n’est pas du tout favorable à son exploitation où elle garde au frais une centaine de tonnes de pommes. « Cet été, on a payé 890 euros de facture d’électricité alors qu’habituellement on est à 600 euros. Pourtant, on a légèrement augmenté la température des chambres froides pour anticiper cette explosion des coûts » assure l’arboricultrice. Elle n’était déjà pas aidée par les conditions météorologiques : le gel a réduit sa production de pêches de 30% il y a quelques mois, ainsi que les grêles. 

C’est très difficile de se projeter. On ne sait pas vraiment comment ça peut évoluer. Mais je ne suis pas très sereine. Je ne peux pas me permettre de dépenser toutes mes économies pour combler l’augmentation.

Sophie Ryckelynck

Arboricultrice au Verger des alouettes à Vacquiers

La concurrence étrangère vend ses fruits moitié moins cher

Et le plus dur est sûrement à venir, « même s’il est encore trop tôt pour savoir précisément de combien vont augmenter les prochaines factures » reconnaît Sophie Ryckelynck. Elle ne peut pas non plus compenser en ajustant ses prix, face à une concurrence étrangère qui vend ses produits 50% moins cher. Cette situation n’est pas durable pour l’arboricultrice. « C’est encore une mauvaise nouvelle qui met en péril l’activité. Cela fait déjà deux, trois ans que je fais face. Mais là, cette situation me fait peur » confie-t-elle. 

332.000 tonnes de pommes produites en Occitanie en 2021

En Occitanie, près de 332.000 tonnes de pommes, toutes variétés confondues, ont été produites en 2021, d’après les chiffres de la Direction régionale de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt. Un peu moins des trois-quarts de cette production a été réalisée en ex-Midi-Pyrénées. En Haute-Garonne, cela représente 0,01% de la production totale.