En Algérie, les journalistes s’inquiètent d’un projet de droit pour “réguler les médias”

Un homme consulte le journal devant un kioske, à Alger, en août 2021. PHOTO RYAD KRAMDI/AFP aider

Le président algérien, Abdelmadjid Tebboune, a déclaré dimanche 19 septembre qu’un projet de loi était en préparation dans le but de “protéger les journalistes” et de “faire avancer le secteur des médias”, rapporte le site d’information panarabe Al-Araby Al-Jadid dans sa version anglaise.

Un projet qui fait déjà polémique, à l’heure où la censure est de plus en plus forte dans le pays. En discussion au conseil des ministres, le projet prévoit notamment de bannir le financement extérieur ou de “sources suspectes” des journaux et sites Internet. Il est attendu que le Parlement se penche sur le projet dans les prochaines semaines.

Lire aussi Tribune. Affaire Drareni : en Algérie, “vider les caisses du pays vaut mieux qu’être journaliste”

Le Conseil national des journalistes algériens a d’ores et déjà exprimé son mécontentement vis-à-vis du projet, d’autant plus qu’il n’a pas été consulté alors de son élaboration. Les atteintes à la liberté de la presse demeurent préoccupantes : les organisations de défense de la liberté d’expression font souvent état de pression, de harcèlement judiciaire et d’arrestations. Reporters sans frontières classe d’ailleurs le pays à 134e place de l’indice mondial de la liberté de la presse, sur un total de 180 pays.