Une thérapie pour adultes hyperactifs

DÉCRYPTAGE – Des séances de «neurofeedback» améliorent les capacités attentionnelles des patients sans aucun médicament.

La technique du «neurofeedback» ne date pas d’hier: elle a été mise au point dans les années 1960. Non invasive, elle consiste à enregistrer l’activité cérébrale d’un sujet avec des électrodes afin de pouvoir lui montrer et lui donner les moyens de mieux la contrôler. Depuis une vingtaine d’années, elle est regardée avec de plus en plus d’attention par les neurosciences cliniques. Grâce aux évolutions technologiques, elle a gagné en efficacité et pourrait bien aujourd’hui changer la donne pour certains patients, dont les adultes souffrant de trouble du déficit de l’attention avec hyperactivité (TDA-H). Une équipe de chercheurs et de médecins de l’université de Genève et des Hôpitaux universitaire de Genève ont évalué le neurofeedback chez un petit groupe de patients adultes avec TDA-H. Leurs travaux publiés dans la revue Clinical Neurophysiology montrent que les capacités attentionnelles seraient améliorées dès la première séance.

Vingt-cinq adultes souffrant de TDA-H ont participé à l’étude

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 79% à découvrir.

Repousser les limites de la science, c’est aussi ça la liberté.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous