Un homme accusé de féminicide traqué par les gendarmes dans les Alpes

l’essentiel
Doriane Ragon, 32 ans, a été tuée par balles ce dimanche au Plan-de-la-Tour, une commune surplombant le golfe de Saint-Tropez. Une mère de famille « discrète », qui faisait des ménages, abattue par un homme de son entourage samedi soir.

Un féminicide de plus. Le 64e depuis le début de l’année selon le recensement du collectif Nous Toutes. Doriane Ragon a été tuée d’une balle dans la tête ce week-end dans le Var. Les faits se sont produits vers 3h30 dans la nuit du samedi 17 au dimanche 18 juillet, devant une copropriété du Plan-de-la-Tour, près de Sainte-Maxime.

La jeune femme habitait la résidence Odalys dans ce village de presque 3 000 habitants. Elle y résidait avec sa fille Zoé, âgée d’une dizaine d’années, qui n’était pas sur les lieux le week-end du drame. Selon les témoignages recueillis par Var-Matin, Doriane Ragon était une « jeune femme discrète », qui faisait quelques ménages et de l’aide à domicile pour les personnes âgées pour gagner sa vie.

Toujours selon les informations de Var-Matin, la jeune mère était invitée à l’anniversaire d’une amie samedi soir. C’est en rentrant chez elle, qu’elle aurait été assassinée. On ignore encore les raisons de l’acte. Son corps inanimé a été retrouvé vers 5 ou 6heures du matin dimanche par un livreur de journaux, à l’entrée de sa résidence où elle habitait un studio. Son crâne portait la marque d’un impact de balle. Près du corps, une douille de calibre 9 millimètres a été ramassée. Les résidents de la copropriété et des maisons les plus proches n’auraient entendu aucun coup de feu. Aucun témoin ne s’est pour l’instant déclaré. Les services d’enquête ont exploité « un service de vidéosurveillance qui équipait la copropriété de la victime ».

L’auteur du crime gravitait dans son entourage

Le meurtrier connaissait la victime et « tentait de la séduire ». Guy Bouchet, procureur adjoint de la République à Draguignan, a confirmé dimanche après-midi un homicide volontaire pour lequel une enquête a été ouverte par le parquet.

« L’exploitation des enregistrements de vidéosurveillance qui équipait la copropriété de la victime ainsi que l’analyse de la téléphonie mobile de la personne décédée permettaient d’identifier un suspect comme étant un homme qui entretenait ou avait entretenu une relation d’une courte durée avec la victime », a déclaré le magistrat.

« L’homme recherché est âgé d’une trentaine d’années, il a grandi sur la commune et travaille dans une société de travaux publics sur la Côte d’Azur où il était très apprécié », a ajouté le maire de Gréolières.

Un homme « armé » et « dangereux »

Le procureur adjoint a qualifié le suspect d’homme « dangereux » qui a pris la fuite « armé » après l’intervention des gendarmes à son domicile dimanche. Il n’est cependant pas connu des services de la justice.

La gendarmerie du Var a lancé hier un appel à témoins sur les réseaux sociaux. L’homme recherché s’appelle Marc Floris. De type caucasien et de corpulence longiligne, il mesure 1m75 et a les cheveux brun, détaille la gendarmerie.

Traqué depuis dimanche par les gendarmes et notamment les unités d’élite du GIGN d’Orange (Vaucluse) et de Paris, l’homme se trouve « dans un périmètre parfaitement délimité » par les enquêteurs, autour de sa propriété dans ce village de montagne, a précisé Guy Bouchet.

Doriane avait confié à plusieurs proches qu’elle avait peur de cet homme et qu’il lui aurait fait du chantage au suicide si elle ne répondait pas à ses avances. Il lui avait d’ailleurs montré une arme, quelques jours avant le drame, selon BFMTV citant sa meilleure amie.