Toulouse : sur une moto-cross il force un contrôle de la police municipale et finit en prison

l’essentiel
Sans casque et au guidon d’une moto non homologuée pour la route, un livreur a forcé un contrôle de la police municipale à Toulouse. Il a été condamné à passer son été en prison par le tribunal correctionnel.

Un « non » fuse du box du tribunal correctionnel de Toulouse. Idir, 25 ans, ouvre des grands yeux interloqués. Le procureur vient de réclamer 18 mois de détention contre ce garçon sans lourd passé judiciaire. « Insupportable de voir comment pour éviter un simple contrôle routier, vous prenez d’abord la fuite avant de foncer sur un motard de la police municipale », développe le magistrat.
« Je n’ai pas l’habitude de rouler avec cette moto de cross sur la route, plutôt les chemins. J’ai pris la mauvaise décision », s’excuse le conducteur âgé de 25 ans.
« Vous avez déjà pris une amende pour une infraction très similaire », feint de s’étonner le président Glavany.
« Dans des circonstances identiques, près de chez moi », balbutie ce motard sans casque vendredi soir quand il a été surpris de voir arriver des motards de la police municipale sur le parking d’un centre commercial, à Purpan. Il a pris la fuite, ce qui a aussitôt attiré l’attention des policiers. Bloqué par un motard après avoir heurté une voiture en stationnement, il s’est arrêté. Avant de redémarrer, droit devant.

Filmé par une caméra-piéton

« En hurlant !, reproche Me Marie Nierengarten, avocate du policier. Regardez la vidéo de la caméra-piéton de ce fonctionnaire. Elle montre la détermination de ce garçon. Et c’est insupportable de se retrouver chaque semaine devant vous pour des individus qui, parce qu’ils sont en infraction, forcent les contrôle. »
Le conducteur a beau additionner les excuses, Me Morgan Conte sent bien le vent contraire. « Votre juridiction n’aime pas ce genre de délit et elle a raison. Mais vous ne vous trouvez pas devant un habitué de ce genre d’erreur. Il est parfaitement intégré, travaille, se forme.Il s’est trompé et le reconnaît. La prison n’apportera rien de positif », plaide l’avocate.
« Je viens de passer 48 heures en garde à vue et une nuit en prison. Je reconnais ma grosse erreur », tente le conducteur. Le tribunal a tout de même prolongé son premier séjour en détention : un an dont huit mois avec sursis probatoire et maintien en détention. Il devra également payer 1 200 € au policier blessé.

Coup de casque pour échapper au contrôle

Remontant la rue Gambetta au cœur de Toulouse en sens interdit sur son scooter, un livreur âgé de 30 ans a mis pied à terre quand il a aperçu des policiers municipaux. Le contrôle a vite dérapé.

« Vous avez pris la fuite quand ils vont ont demandé vos papiers », indique le président. « J’ai eu peur », admet cet homme sans titre de séjour. « Et vous avez donné un coup de casque », insiste le magistrat. « Non je l’ai enlevé. Jamais je n’ai voulu le blesser… »

Après avoir pris la fuite à travers le lycée Fermat, le fuyard a fialement été interpellé. Le parquet a requis un an de prison. En défesne, les arguments de Me Fabry ont réduit la peine à 10 mois mais avec un maintien en détention et 900 € à verser au policier blessé.