Tarn-et-Garonne : des mises en examen à la Maison des seniors de Septfonds

C’est un premier épilogue judiciaire. Véronique Benlafquih, vice-procureure au parquet de Montauban a décidé, dans le dossier de la Maison des Séniors de Setpfonds (lire nos éditions de mercredi et de jeudi) d’ouvrir une information judiciaire confiée à un juge d’instruction sur le chef de « réouverture d’établissement malgré la fermeture administrative ».

La magistrate nous a confirmé, sans vouloir en préciser le nombre exact, que des mises en examen ont été prononcées ainsi que des mesures de contrôle judiciaire sur des protagonistes à des degrés divers de cet établissement qui accueille des séniors en colocation. Il s’agit de savoir comment fonctionnait cet établissement qui avait déjà fait l’objet d’une fermeture administrative en 2016.

Pour en revenir à aujourd’hui, il faut noter que tous les résidents ont quitté les lieux. Contrairement à la rumeur qui a pu circuler, ce sont tous des départs volontaires négociés entre les familles et le conseil départemental, qui a trouvé des solutions d’hébergement quand cela s’est avéré nécessaire.

Contactée hier, la préfète Chantal Mauchet a rappelé que l’établissement n‘avait pas été autorisé à ouvrir ses portes après sa fermeture administrative en 2016 : « Il est classsé ERP (établissement recevant du public) de type EHPAD et donc soumis à des règles particulières ». Les différents contrôles ont donc permis de relever des points que les gérants de la structure devront améliorer avant de pouvoir espérer rouvrir leur Maison des Séniors. C’est le sens du courrier qu’ils devraient recevoir prochainement signé de la préfète et du maire de Septfonds, Nadine Sinopoli, évidemment très attentive au dossier de sa commune.

De leur côté, les responsables de la structure, dont l’avocat est Me Simon Cohen, de Toulouse, ne souhaitent toujours pas communiquer tout en se réservant le droit de le faire dans les prochains jours.