Quatre bonnes raisons d’aller à Corfou cet été

Reine des sept îles Ioniennes, la légende la dit bénie des dieux. Homère, émerveillé par sa nature enchanteresse, y fit échouer Ulysse. Cap au nord-ouest de la Grèce, entre l’Italie et l’Albanie, pour un programme hédoniste en quatre temps.

Se réveiller au paradis à l’Angsana

Imaginez une piscine à débordement avec pour seul horizon un camaïeu de bleu dans lequel se confondent la mer Ionienne et le ciel profond. Si cela ressemble à un rêve, l’hôtel Angsana Corfou, lui, est bien réel. Premier établissement du groupe Banyan Tree en Europe, le 5-étoiles vient d’ouvrir ses portes sur une colline à l’est de l’île, en surplomb des eaux turquoise de la baie historique de Benitses. Avec 159 chambres et suites à la décoration contemporaine, ainsi que 37 villas dotées de piscines privées, le sanctuaire méditerranéen reste fidèle aux valeurs du groupe singapourien.

À commencer par son nom, Angsana, hérité d’un arbre majestueux des forêts tropicales asiatiques repérable à sa flamboyante couronne en forme de dôme de fleurs dorées parfumées. La délicatesse de l’effluve embaume le Angsana Spa, où les soins à base d’ingrédients naturels sont prodigués par des thérapeutes formés à l’art du toucher en Thaïlande et en Indonésie. Le moment de détente se poursuit avec un cocktail sur l’une des chaises longues du Sunrise Pool Bar ou autour des divines assiettes de l’un des 3 restaurants de l’établissement (cuisine italienne, fusion japonaise ou influences grecques). On touche alors du doigt la philosophie locale de la « philoxenia », acte d’hospitalité et de générosité à l’égard des étrangers.

Angsana Corfou Resort (Tél. : +30 2661 022900), Vrionis-Aghiou Nikolaou, Mpenitses 49084. À partir de 219 € la nuit en basse saison (à compter du 1er octobre), 454 € en haute saison, petit déjeuner inclus.

À voir aussi – Vacances d’été: «Il y a des pays qui acceptent que les gens ne soient pas vaccinés»

S’initier à la poterie dans un jardin habité

Les statues de la Villa Inspirante assistent chaque été au défilé des apprentis potiers. O-Eleonas / Photo presse

Elles ont vu défiler les siècles et les tempêtes, sans jamais perdre de leur allure. Les statues de la Villa Inspirante, havre de silence en plein centre de l’île, offrent un supplément d’âme au jardin fleuri de cet ancien moulin à huile construit en 1740. C’est dans ce cadre historique qu’Elena, la fondatrice d’O-Eleonas, initie les habitants et les touristes de passage à ses techniques. Cette artiste, dont les œuvres sont exposées en Europe et aux États-Unis, a à cœur de promouvoir les arts plastiques et visuels par le biais d’échanges culturels.

Chaque jour, le temps d’une semaine ou deux, elle livre les clés d’apprentissage à l’art de la poterie : construction à la main, sculpture figurative avec modèle vivant, utilisation de moules, esquisse, techniques de glissement, glaçage, cuisson… Une fois l’aisance acquise, les apprentis pourront s’inspirer des anciens murs de Corfou, des sites antiques et de la vie quotidienne du village pour créer une œuvre en hommage à leur séjour sur l’île. Et pour ne jamais oublier l’inspiration trouvée à l’ombre des oliviers.

O-Eleonas (Mail : [email protected]), Villa Inspirante, Kompitsi 49100. Comptez environ 400 € pour 16 heures de cours, incluant le matériel et les argiles.

Se prélasser sur la plus belle plage de l’île

La baie de Porto Timoni est très appréciée des amateurs de snorkeling. Wabeno / AdobeStock

Au nord-ouest de l’île, un morceau de terre rompt avec l’harmonie des contours géographiques de Corfou. Afionas, petit village accessible par une route sinueuse constellée de cyprès et d’oliviers centenaires, marque la naissance de cette pointe. Mais pour atteindre ce que beaucoup considèrent comme la plus belle plage de l’île, la route est encore longue. Oubliez la voiture, il faut continuer à pied ! Sur la place principale du bourg, une taverne traditionnelle en pierre indique le chemin à suivre.

Pendant une vingtaine de minutes, le sentier rocailleux et pentu chemine entre collines verdoyantes et ruines d’une forteresse vénitienne du XIIIe siècle. Une percée dans le passé prestigieux de Corfou, où Grèce et Italie marient librement leurs influences. Alors que la brise marine et les herbes sauvages laissent échapper leurs effluves, elle surgit derrière les oliviers. La baie de Porto Timoni, ses deux plages et ses eaux turquoise. Encore quelques mètres de descente avant de se jeter à l’eau. Le paradis se mérite.

Plage de Porto Timoni, Ag. Georgios 490 81. Avant de descendre, assurez-vous d’emporter suffisamment d’eau et de crème solaire pour rester sur la plage jusqu’au coucher du soleil.

S’essayer aux cépages corfiotes

Les tables en bois au cœur des vignes du restaurant du domaine Ambelonas Corfu. Ambelonas Corfou / Photo presse

«Vin. Gastronomie. Culture.» Tels sont les 3 maîtres mots d’Ambelonas, vaste domaine viticole situé à 6 km de la ville de Corfou. Acquis par les ancêtres des propriétaires actuels en 1600, après qu’ils ont émigré de Venise, le terrain est propice au développement de deux anciens cépages corfiotes : le « skopelitiko » rouge et le « kakotrigis » blanc. Puisque l’on peut trouver des références du caractère viticole de Corfou dans L’Odyssée d’Homère, Ampelonas cultive cet héritage et produit le vin, élevé en fûts de chêne, selon les méthodes traditionnelles.

Mais les vignes ne sont pas le seul atout du domaine : une partie est dédiée aux oliviers, dont la culture s’est généralisée pendant l’occupation vénitienne de l’île, entre 1386 et 1797. À l’époque, l’huile d’olive est une denrée majeure, moins pour l’alimentation que pour une fonction d’éclairage. Pour mettre en valeur cette double production de vin et d’huile d’olive, les propriétaires ont récemment bâti un musée riche d’explications des traditions, d’archives et de vidéos. Mais pour être certain d’embrasser l’âme corfiote, rien ne vaut un dîner au cœur des vignes, sur une table en bois couverte de ces mets locaux empreints d’histoires.

Ambelonas Corfu (Tél. : +30 69 321 58 888), Karoumpatika 49100. Dîners et visites sur réservation.

À voir aussi – Vacances d’été: «C’est cette année qu’il faut retourner à l’hôtel»