Pourquoi notre cerveau se laisse-t-il berner par les illusions d’optique ?

PSYCHOLOGIE – Notre capacité à extraire de l’information à partir de données parcellaires serait à l’origine de ces phénomènes.

Nos lointains ancêtres ont dû affronter de grands dangers. Pour survivre, ils ont dû apprendre à prendre des décisions rapides. «S’ils avaient regardé un tigre caché derrière des fourrés et que leur cerveau avait analysé la scène comme étant juste des petits bouts de tigre, sans doute auraient-ils fini dans la gueule du félin. Mais en reconstituant l’image d’un tigre entier à partir de ces images parcellaires, leur cerveau leur a donné une chance de se sauver à temps», explique le Pr Yves Rossetti, professeur de physiologie à la faculté de médecine de Lyon (Centre de Recherche en Neurosciences de Lyon, à l’origine du projet Trajectoires et des AtelieRs RéAlités).

Or c’est justement cette capacité du cerveau à interpréter les informations parcellaires qui explique pourquoi il lui arrive aussi de se faire «berner» par les illusions d’optique. Sa tendance à tout interpréter peut le conduire à voir des figures et des mouvements là où il n’y en a pas : quatre ronds accolés deux par deux

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 80% à découvrir.

Repousser les limites de la science, c’est aussi ça la liberté.

Continuez à lire votre article pour 1€ pendant 2 mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous