Pourquoi les chagrins d’amitié peuvent nous faire tellement mal

PSYCHOLOGIE – En amitié comme en amour, on peut trouver l’âme sœur… et la perdre. Au prix parfois d’une tristesse qui n’a rien à envier au plus grand des chagrins d’amour.

« Parce que c’était lui, parce que c’était moi », disait Montaigne à propos de son ami La Boétie. Évidente, indestructible l’amitié ? Et pourtant… Il peut arriver qu’un jour, l’alchimie n’opère plus. Et lorsqu’un ami cher s’éloigne ou se fâche, le chagrin est parfois plus intense que lors d’une rupture amoureuse. Notre déception est à la hauteur de ce que nous avons donné, de ce que nous avons espéré de cette relation: un soutien sans faille, une stabilité que nous ne trouvons plus guère dans nos relations amoureuses… Un peu à l’image du « I’ll be there for you » (« Je serai là pour toi »), la chanson de générique de la mythique série Friends qui, vingt ans après sa diffusion originale, fait toujours fureur.

Pour la sociologue américaine Jan Yager, le mythe de l’ami pour la vie a ainsi remplacé celui de l’« amour toujours ». « Sous l’influence d’une tonalité très pro amitié a surgi le fantasme de l’amitié éternelle, alors même que l’idée de mariage éternel est devenue une réalité

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 80% à découvrir.

Repousser les limites de la science, c’est aussi ça la liberté.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous