Nord-ouest de Toulouse : identifié par les propriétaires, un cambrioleur relaxé par le tribunal

l’essentiel
Identifié par des victimes d’un cambriolage survenu début juillet à Aussonne, un jeune homme âgé de 23 ans a été relaxé par le tribunal correctionnel de Toulouse pour « preuves insuffisantes », mardi 20 juillet.

Il s’est fait surprendre par les occupants de cette maison. Le 6 juillet dernier, un cambrioleur a été surpris par les propriétaires d’une habitation située sur la commune d’Aussone dans le nord-ouest de Toulouse. En entendant du bruit dans la maison,  vers 3 heures du matin, ces derniers pensent qu’il s’agit de leur fils qui rentre mais en entendant les aboiements du chien, ils comprennent qu’un intrus est là. Ils vont alors descendre et tomber nez à nez avec un jeune homme. Le propriétaire va le ceinturer pour le neutraliser mais en sentant comme un couteau dans la poche du voleur, le propriétaire des lieux va le lâcher.

Des coups sont alors échangés et l’auteur des faits prend la fuite avant même que les gendarmes arrivent. Les victimes vont alors décrire celui qui s’est introduit chez eux en parlant notamment de cheveux blonds décolorés. Les gendarmes vont alors tenter de remonter la piste de cet individu.

Un jeune homme âgé de 23 ans est identifié. Ce dernier habite une des communes concernées par les cambriolages. Mais surtout les gendarmes vont relier cette affaire avec plusieurs autres dossiers de cambriolages. En effet, entre le mois de juin et de juillet, sur les communes de Beauzelle et Aussonne, les gendarmes constatent une recrudescence de cambriolages. À chaque fois, le ou les suspects agissent en pénétrant dans ces lieux d’habitation par les portes-fenêtres en les forçant à l’aide d’outils. Une fois à l’intérieur des logements, des objets multimédias et des moyens de paiement sont dérobés.

Identifié par les victimes

Le ou les voleurs agissent soit en l’absence des occupants soit assez discrètement pour ne pas les réveiller et donc les croiser. Les faits de début juillet pourraient donc être liés aux 9 autres constatés les jours précédents. Interpellé et placé en garde à vue, le jeune homme, défendu par Me Sarah Nabet-Claverie, est reconnu par les victimes comme celui qui s’est introduit chez eux. Déféré au parquet de Toulouse pour ces cambriolages, le mis en cause qui nie les faits a été jugé le mardi 20 juillet en comparution immédiate. Son avocate va démontrer au cours de l’audience que les preuves contre son client sont insuffisantes notamment la méthode d’identification de son client. Au regard des éléments, le tribunal a jugé que les preuves étaient insuffisantes et a décidé de relaxer ce jeune homme pour ce vol par ruse.