Muret : de la prison pour l’homme de 61 ans qui avait tiré sur son voisin du dessus avec un pistolet à grenaille

l’essentiel
Pour un conflit de voisinage, un homme a tiré sur son voisin du dessus avec un pistolet à grenaille le dimanche 9 mai au cours de l’après-midi. Il l’a grièvement blessé. Pour ces faits, l’homme, âgé de 61 ans a été condamné à neuf mois de prison à réaliser sous surveillance électronique.

Son interpellation avait nécessité l’intervention des hommes du peloton de sécurité et d’intervention de la gendarmerie de Muret. Le 9 mai, vers 16 h 30, les gendarmes de la compagnie de Muret sont appelés pour un coup de feu entendu sur la commune. À leur arrivée sur les lieux, les militaires découvrent le balcon du premier étage recouvert de sang. Un homme est blessé au niveau de l’avant-bras.

Selon les dires de la victime, son agresseur présumé se trouve encore sur place et s’est réfugié dans son logement situé un étage en dessous. Mais l’individu en question ne va pas se laisser facilement interpeller. « Les gendarmes vont casser votre porte et vont vous trouver arme à la main dans votre appartement », souligne le président de l’audience lors du jugement en comparution immédiate du mis en cause, ce mardi 6 juillet.

Lors de sa garde à vue, cet homme âgé de 61 ans, atteint de deux cancers et en proie à une importante addiction à l’alcool va reconnaître avoir tiré à une reprise sur son voisin du dessus à l’aide d’un pistolet à grenaille. Selon lui, son voisin habitant juste au-dessus de chez lui aurait nettoyé la litière de son chat et fait tomber les excréments chez lui. Lors de l’audition des témoins, les gendarmes vont également découvrir que le conflit entre les deux hommes remonterait à plusieurs mois.

« Je me suis emporté »

« Quand je lui ai demandé d’arrêter, il n’a rien voulu entendre, je suis rentré chez moi pour récupérer mon arme et j’ai tiré au-dessus. Je me suis emporté », explique difficilement le prévenu à la barre. Son voisin va avoir le réflexe de se protéger le visage avec le bras et c’est là qu’il va recevoir la décharge de revolver à grenaille. La victime va être sérieusement blessée. « Un hématome de 29 centimètres de longueur et 13 centimètres de largeur avec une soixantaine de plombs retrouvée dans son avant-bras », précise le président de l’audience. Il sera transporté vers le centre hospitalier de Purpan à Toulouse. Du côté du tireur, lors de sa garde à vue, les gendarmes vont également constater qu’il a consommé de l’alcool en quantité importante, à hauteur de 0,51 mg par litre d’air expiré soit plus d’1g par litre de sang.

« C’est une scène peu courante, près de deux heures pour interpeller cet individu. Quand les gendarmes entrent, l’homme a l’arme à la main », souligne le procureur de la République. Il va requérir à son encontre 18 mois de prison dont neuf mois assortis du sursis probatoire, une obligation de soins et une interdiction de détenir une arme pendant cinq ans.

À l’issue du délibéré, ce sexagénaire a été condamné à 18 mois de prison dont neuf mois assortis du sursis probatoire. La partie ferme de la peine devra être réalisée sous bracelet électronique. Cet homme a également été condamné à 1 500€ de provisions en tant que provisions pour la victime.