Meurtre de Patricia Bouchon : Laurent Dejean se pourvoit en cassation, aura-t-on un troisième procès ?

l’essentiel
Me Karim Chebbani, l’avocat de Laurent Dejean, condamné pour le meurtre de Patricia Bouchon a formé un pourvoi en cassation.

Y aura-t-il un troisième procès dans l’affaire du meurtre de Patricia Bouchon, cette mère de famille tuée le 14 février 2011, vers 4h30, alors qu’elle faisait son jogging à Bouloc au nord de Toulouse ? C’est ce que souhaitent Laurent Dejean, condamné par deux fois par des cours d’assises à 20 ans de réclusion criminelle, et son avocat, Me Karim Chebbani.

Alors que le second procès s’est terminé le vendredi 9 juillet, ce dernier a formé un pourvoi en cassation le mardi 13 juillet. Il avait cinq jours pour le faire. Laurent Dejean, 42 ans, a toujours clamé son innocence tant pendant ses six ans et demi de détention qu’au cours des procès. Un acquittement avait même été requis par l’avocat général devant la cour d’assises de Haute-Garonne en 2019.

« Erreur judiciaire »

Sur son site internet, Me Chebbani, qui l’a défendu en appel à Albi, dénonce ce dimanche « le procès de la mauvaise réputation ou le triomphe de la présomption de culpabilité », qui aurait conduit à « cette erreur judiciaire ». Selon l’avocat, « l’erreur de droit apparaît évidente tant la loi et les règles affectant la charge de la preuve ont été violées dans cette affaire ». Il estime encore que « si l’on admet que le droit ait été éloigné des préoccupations de ceux qui ont jugé, le préjugé a probablement participé dans une large mesure à cette décision, la peur de celui qui est malade, la peur de la psychiatrie, de la schizophrénie ou la simple défiance à l’égard de celui qui est différent, le « bizarre » du village ».

Il poursuit : « Plus encore, la peur du vide qui affecte tant notre société, le vertige de l’institution judiciaire qui ne trouve pas le coupable et cède à la tentation de façonner un coupable, une vérité acceptable. C’est tout le procès pénal qui a été ici dévoyé ». Et de conclure sur les paroles de la chanson de Georges Brassens « La mauvaise réputation ».