Lot-et-Garonne : un an de prison pour vols avec une évasion de garde à vue à Nérac

l’essentiel
L’individu a été jugé ce mardi en comparution immédiate.

À chaque fois la même technique en juin dernier. Repérage d’un deux-roues sur un site de petites annonces en ligne, un essai et le tour de passe-passe se poursuit avec le vol d’un T-Max et d’une grosse cylindrée Kawasaki à Toulouse. Les deux engins n’ont pas été retrouvés et l’auteur présumé du vol, 23 ans, plaide qu’il ne peut rien dire de plus.
La raison ? Des dettes sorties d’un trafic de stupéfiants – 12 à 13 000€ au début en 2018 – et la journée sans fin du remboursement. Mais les infractions pouvant être imputées à l’individu ce mardi en comparution immédiate ne s’arrêtent pas là. À la fin juin toujours, un vol avec effraction est commis au domicile d’une ressortissante américaine. Des bijoux ont disparu. « Je n’ai rien à voir avec cela » explique le cambrioleur présumé.

La police municipale le connaît aussi. Dans le même laps de temps, il refuse de s’arrêter alors que les agents de ce service de Nérac cherchent à vérifier si le deux-roues qu’il pilote est bien le sien. Le 12 juillet, Il finit en garde à vue chez les gendarmes mais parvient à s’évader. Pas longtemps car il est identifié et rattrapé par la patrouille. Comme le rappelait Laurence de Behr son avocate, son séjour à Grenoble avant d’être incarcéré pour ne pas avoir répondu aux injonctions d’un tribunal à surtout démontré qu’il était en capacité de se tenir droit. « Il lui faut une peine valant comme une épée de Damoclès au-dessus de sa tête. »

Le ministère public avait requis huit mois de prison. Il écope de la même peine mais il est relaxé pour le cambriolage faute d’éléments suffisants. En revanche, son évasion lui coûte quatre mois supplémentaires. Au total, 12 mois de prison ferme avec mandat de dépôt.