Les ministres des finances de l’UE vont approuver les premiers plans de relance nationaux

Les ministres européens des finances vont approuver mardi de premiers plans nationaux de relance, dont celui de la France. Un premier versement de 5 milliards d’euros devrait intervenir fin juillet-début août. D’ici 2023, les subventions européennes doivent atteindre 40 milliards d’euros. 

Presque un an jour pour jour après sa naissance aux forceps, le plan de relance européen de 750 milliards d’euros est sur le point de se matérialiser concrètement. Mardi, les ministres européens des finances vont donner le feu vert définitif à une première fournée de plans nationaux, dont celui de la France, avant un premier versement dès cet été. 

Une fois l’approbation donnée, il ne restera plus au gouvernement français qu’à signer une convention de financement avec Bruxelles. « C’est un peu l’équivalent de donner son RIB », sourit un diplomate. Pour la France, le premier versement de 5 milliards d’euros devrait intervenir fin juillet, début août.  

40 milliards de subventions d’ici 2023

Au total d’ici 2023, les subventions européennes atteindront 40 milliards. À condition, bien sûr, de respecter les engagements sur la modernisation du pays, le numérique ou le verdissement de l’économie. Une longue annexe va accompagner la décision européenne… Elle liste tout ce que Paris a promis de faire : cela va d’un entretien plus écologique des voies ferrées à des investissements dans la cybersécurité, par exemple. 

Pour débloquer les prochaines tranches, il faudra progressivement remplir ces objectifs. Cela peut paraitre contraignant, mais c’est la même chose pour tous. Les 27 pays sont garants ensemble de l’argent emprunté, et c’est donc une façon de s’assurer que chaque capitale dépense sa part du pot commun comme elle l’a annoncée.