d’oasis en kasbahs, les pépites de la vallée du Drâa

Au sud des montagnes de l’Atlas, le fleuve Drâa arrose un long ruban de palmeraies luxuriantes avant de se perdre dans les sables du Sahara. En route pour un voyage de 200 kilomètres au fil de la Nationale 9, avec notre sélection d’étapes incontournables.

D’Agdz à M’hamid El Ghizlane, la vallée du Drâa abrite l’une des plus vastes oasis du Maroc. Un écosystème unique, classé réserve de biosphère par l’Unesco, où les habitants perpétuent une tradition agricole ancestrale. Si vous rêvez de vous mettre au vert, un séjour à l’ombre des palmiers vous fera le plus grand bien ! Vous découvrirez le rythme lent de la vie locale : récolte des dattes, des figues et des amandes, paysans entretenant les canaux d’irrigation (seguias), femmes broyant le henné avec des meules en pierre… Ces scènes quotidiennes vous transporteront dans un autre temps.

Ancienne route caravanière reliant Tombouctou aux villes du Maroc, la vallée du Drâa est riche en culture et en histoire. Ses kasbahs et ses anciens ksours figurent parmi les plus beaux du pays et vous impressionneront par leur architecture en pisé. Au bout du goudron, les derniers jardins laissent place aux immensités sahariennes. Dans les dunes ocre de l’erg Lihoudi ou les étendues infinies du lac Iriki, la magie du désert vous attend au bout du chemin.

Agdz et ses majestueuses kasbahs

Votre séjour dans l’oasis d’Agdz vous fera découvrir la vie quotidienne des habitants. Maisons d’hôtes Agdz/Tamnougalt

À 70 km au sud de Ouarzazate, Agdz marque le point de départ de la plus belle partie de la vallée du Drâa. Bâtie aux pieds du Jebel Kissane culminant à 1600 mètres, la ville domine l’oued et son immense palmeraie. La montagne ocre et les dattiers vous plongent immédiatement dans les couleurs locales. Le quartier historique d’Aslim abrite de magnifiques kasbahs en terre crue. Joyaux de l’architecture berbère, les kasbahs sont les anciens lieux de résidence des caïds, les chefs de tribus locaux. Construite au XVIIIe siècle, la kasbah Caïd Ali est inscrite au patrimoine national du Maroc. Les descendants du Caïd proposent des visites pour tout connaître de l’architecture et de l’histoire du lieu. À côté, la Kasbah des Arts a été reconvertie en maison d’hôtes. Elle vaut aussi le détour pour sa superbe vue panoramique. Plusieurs hébergements de charme se situent au cœur de l’oasis, idéal pour un séjour nature!

Kasbah Caïd Ali. Tél. : 00212 698 906 550, 25 dirhams (DH), soit 2,3 € la visite guidée.

Kasbah des Arts. Tél. : 00212 668 519 552, 25 DH.

Pour une visite guidée de la palmeraie, faites appel à Abdou Kamili, un guide fin connaisseur du coin. Tél. : 00 212 662 404 297.

La cascade de Tizgui

La cascade de Tizgui, un îlot de fraîcheur niché dans les montagnes arides. Maisons d’hôtes Agdz/Tamnougalt

Si la chaleur vous donne envie de faire un plongeon, ne manquez pas cette ravissante cascade nichée dans un canyon étroit. À une douzaine de kilomètres d’Agdz en direction de Ouarzazate, une route bifurque à droite et traverse un paysage minéral et aride. Après 30 minutes, vous arrivez dans ce petit écrin paradisiaque. Vous vous baignerez dans un joli bassin entouré de lauriers roses, à l’ombre des immenses parois rocheuses. Une fois rafraîchi, allez rendre visite à Omar, le gardien des lieux. Il vous proposera le traditionnel thé marocain à la menthe, moyennant quelques dirhams pour l’entretien de la cascade.

Si vous avez loué une voiture, vous pouvez y aller seul. La route est goudronnée et le lieu bien indiqué. Si vous n’êtes pas motorisé, vous pouvez prendre un taxi à Agdz ou vous faire organiser une excursion par votre hébergement. Comptez environ 900 DH (84 €) pour 2 personnes pour une journée avec un guide, le taxi aller-retour et un pique-nique.

L’ancien ksar de Tamnougalte

Le ksar de Tamnougalte s’élève au-dessus du fleuve Drâa et de sa verdoyante palmeraie. ONMT

À 6 km d’Agdz par la nationale 9, le ksar de Tamnougalte se dresse au-dessus d’un tapis de palmiers verdoyants. Capitale historique de la tribu berbère des Mezguita, Tamnougalte a occupé une position stratégique le long du fleuve Drâa. Bâti au XVIe siècle, son village fortifié en terre crue est l’un des plus anciens et des mieux conservés de la vallée. Flânez dans le dédale de ruelles et admirez la finesse de l’architecture traditionnelle amazighe, puis allez visiter l’ancienne Casbah du Caïd. Habitée jusque dans les années 1960, elle a été reconvertie en musée. En face du ksar, vous apercevrez une autre casbah perchée sur un promontoire rocheux. Elle est à l’abandon mais offre une vue imprenable sur les environs. Ce décor magique a accueilli le tournage de plusieurs films, dont Babel de Alejandro González Iñárritu et Un thé au Sahara de Bernardo Bertolucci.

La visite du ksar est gratuite et peut se faire seul, sauf pour la casbah du Caïd dont l’entrée est payante. Si vous le souhaitez, un bureau de guides propose des tours du ksar pour 25 DH (2,3 €). Vous le trouverez sur la place du village. Tél. : 00212 667 345 602.

Le site rupestre de Foum Chenna

Le site rupestre de Foum Chenna abrite l’une des plus grandes concentrations de gravures de cavaliers libyco-berbères du Maroc. Bala Khalid

À 54 km au sud de Tamnougalte en suivant la N9, vous arrivez au bourg de Tinzouline. À environ sept kilomètres à l’ouest, le site de Foum Chenna abrite l’une des plus grandes concentrations de gravures rupestres de la vallée du Moyen-Drâa. Sur une longueur d’environ 800 mètres, une paroi rocheuse verticale est recouverte de plus de 2 500 figures. Vous y verrez des centaines de cavaliers libyco-berbères armés d’un bouclier rond ou d’une lance, participant à des scènes de guerre ou chassant des antilopes, des gazelles et des oryx. D’autres gravures représentent des félins, des dromadaires et des autruches. L’importance de ce site s’explique aussi par la présence de 88 inscriptions en alphabet libyque, dont sont issues les langues berbères modernes. Cela en fait la plus importante bibliothèque rupestre du Maroc.

Si vous avez loué un 4×4, vous pouvez vous y rendre seul. Le site est en accès libre. Si vous n’êtes pas motorisé, l’idéal est de faire appel à un guide. Basé dans la région, Mohamed Sbai connaît bien le site et organise des excursions d’une journée au départ de Zagora, M’hamid ou Ouarzazate. Tél. ou Whatsapp : 00 212 668 167 918. Sur place, veillez à ne surtout pas toucher les parois. Ces gravures sont fragiles.

Zagora et le ksar d’Amezrou

Zagora était jadis une étape sur la route des caravanes chargées de sel et d’or en provenance de Tombouctou. Adobe Stock / Catherine

Son mythique panneau indiquant «Tombouctou 52 jours» rappelle que Zagora était jadis une étape sur la route des caravanes chargées de sel et d’or en provenance de Tombouctou. Aujourd’hui, elle est le centre administratif de la vallée du Drâa. L’idéal est d’y passer le mercredi ou le dimanche pour assister à son souk foisonnant. Les paysans et les nomades viennent de loin pour proposer leurs marchandises : blé, fruits, légumes, bétail et surtout les succulentes dattes de la région. Vous y trouverez aussi un grand choix d’artisanat.

À 2 km, le ksar d’Amezrou est un beau village fortifié datant du XVIIIe siècle. Admirez sa mosquée avec sa haute tour en terre crue et visitez son ancienne synagogue. Le ksar accueillait une grande communauté juive spécialiste des métiers d’art. Dans l’ancien mellah subsiste un savoir-faire ancestral de joaillerie. Vous pouvez visiter les ateliers des artisans et pourquoi pas, vous offrir un de ces bijoux en argent ou en bronze décorés avec des motifs géométriques ou floraux.

Pour une visite originale de Zagora, offrez-vous une excursion en VTT! Guide nature et randonnée, Lahcen Ahansal vous emmènera sur les chemins secrets de la palmeraie et les plus beaux points de vue du coin. Comptez 700 DH (65 €) la journée, guide, vélo et nourriture compris. Tél. ou WhatsApp : 00 212 661 311 471.

Tamegroute, temple des manuscrits et des poteries

Les poteries de Tamegroute sont réputées pour leurs multiples nuances de vert. Adobe Stock / Gianmaria

À une vingtaine de kilomètres de Zagora par la N9, ce village est réputé pour sa poterie unique aux élégantes nuances de vert. Cette couleur caractéristique est obtenue grâce à un alliage de manganèse et d’oxyde de cuivre. Une quinzaine de familles perpétuent cette technique ancestrale. Vous ne pouvez pas les rater : chaque boutique expose ses pièces sur le bord de la route. Vases, bols, plateaux, il y en a pour tous les goûts. Comptez par exemple 25 DH le bol à soupe. Même si vous n’achetez pas, allez visiter les ateliers pour découvrir les étapes de fabrication.

Tamegroute est aussi incontournable pour sa bibliothèque coranique fondée au XVIIe siècle. Riche de 4000 manuscrits, dont les plus anciens ont près de 1000 ans, c’est l’une des bibliothèques les plus réputées du Maroc. Ses ouvrages d’astrologie, de médecine, d’histoire ou de poésie attirent encore des étudiants.

L’entrée est gratuite. Une personne vous accueille et vous explique l’histoire de la bibliothèque. Laissez quelques dirhams en guise de pourboire. Ouvert tous les jours sauf à l’heure du déjeuner. Contactez Youssef. Tél : 00212 670 023 812.

Les dunes de Tinfou

La balade à dos de dromadaire, un grand classique dans le désert marocain. ONMT

Elles semblent s’être posées là comme par magie. Les surprenantes dunes de Tinfou émergent seules au milieu d’un plateau entouré de montagnes. Si vous avez envie d’un avant-goût de désert et que vous n’avez pas le temps de pousser plus au sud, Tinfou est fait pour vous. Avec des crêtes culminant à 120 mètres, ces dunes vous offriront vos premières sensations sahariennes. L’idéal est de venir en fin de journée, quand le sable prend une douce teinte orangée. Des chameliers sur place proposent des balades en dromadaire. Ambiance très touristique, mais si vous n’êtes jamais monté sur ces fameux «vaisseaux du désert», c’est l’occasion d’essayer!

Tinfou est situé à 11 kilomètres de Tamegroute en suivant la Nationale 9. Pas besoin de 4×4, une voiture de tourisme suffit. Vous verrez les dunes depuis la route. Si vous n’êtes pas motorisé, un taxi vous emmènera depuis Tamegroute.

M’hamid El Ghizlane, la porte du Sahara

Autour de M’hamid El Ghizlane, des bivouacs fixes vous permettent de passer la nuit au cœur des dunes. Lahcen Ahansal

À partir de M’hamid, c’est la fin du goudron et le début du désert. L’oued Drâa disparaît dans les étendues arides et les derniers palmiers s’enfoncent dans les dunes de sable. Plusieurs directions s’offrent à vous : à 12 km de M’hamid, l’erg Lihoudi est un petit ensemble dunaire où vous pouvez aller seul, à condition d’avoir un 4×4. Des bivouacs fixes vous permettent d’y dormir. Si vous rêvez de grands espaces, le mieux est de vous enfoncer jusqu’à l’erg Chegaga, le plus vaste ensemble de dunes du Maroc. Puis changez complètement d’ambiance en continuant jusqu’à Iriki, un lac asséché où vous croiserez des gazelles, des oryx et des nomades avec leurs chameaux. 45 kilomètres de désert plat à 360°, où votre 4×4 tracera aussi vite que sur du goudron. Parfum d’aventure garanti!

Chegaga et Iriki sont des zones reculées où il vous faut un guide. De nombreuses agences à Zagora ou à M’hamid vous organiseront l’excursion de votre choix, en 4×4, en quad ou en dromadaire. Comptez environ 1000 DH/jour (93 €) pour la location d’un 4×4 avec guide et 500 DH/heure (47€ ) pour un quad. Les bivouacs fixes vont de 500 DH la nuit avec dîner et petit déjeuner à 3000 DH (280 €) pour les plus luxueux.

VOIR LE DOSSIER – Maroc : le guide de voyage du Figaro

Y ALLER

Actuellement, le plus simple est d’atterrir à Casablanca puis de prendre un vol intérieur. La RAM opère des vols Casablanca – Ouarzazate (situé à 70 km d’Agdz), et Casablanca – Zagora, ville située au cœur de la vallée du Drâa. Avant la pandémie de coronavirus, la compagnie marocaine proposait des vols directs Paris – Ouarzazate pendant la saison hivernale. La reprise de cette liaison est à l’étude pour l’hiver 2021/2022.

Sinon, vous pouvez atterrir à Marrakech puis rejoindre Agdz par la route (comptez 5h pour les 260 km).

QUELLE SAISON CHOISIR ?

La meilleure saison est d’octobre à mi-mai. Les températures en journée varient entre 17 et 27°C. L’hiver est ensoleillé mais les nuits sont froides. Équipez-vous correctement si vous faites du bivouac. L’été est à éviter. Les températures sont caniculaires, surtout en aval de la vallée à l’approche du désert.