Demain nous appartient : « La séparation de Chloé et Alex n’est pas traitée »… Le coup de gueule d’Alexandre Brasseur – News Séries

A l’approche du 1000ème épisode de « Demain nous appartient », Alexandre Brasseur, rencontré au Festival de Monte-Carlo en juin, revient pour nous sur l’année écoulée de son personnage et déplore le traitement réservé à la séparation de Chloé et Alex.

AlloCiné : Demain nous appartient fêtera bientôt son 1000ème épisode sur TF1. Quel bilan tirez-vous de ces quatre années forcément un peu folles passées dans la série ?

Alexandre Brasseur : Je retiens surtout beaucoup de chance, beaucoup de bonheur. Surtout dans cette période bien compliquée qu’on vient de traverser. Pour tous les acteurs qui sont engagés comme moi sur une série quotidienne, avec tout ce qu’on vient de vivre, on peut s’estimer heureux. J’ai beau adorer le théâtre, je suis heureux d’être sur une quotidienne en ce moment.

Vous souvenez-vous de votre premier jour sur la série ?

Bien sûr. Pour tout vous dire, on a montré il y a peu de temps à des amis les premiers épisodes de la série, à l’approche du 1000ème épisode, et je me suis dit qu’on n’avait pas à rougir. Je me souviens très bien de ma première scène avec Ingrid Chauvin, on se retrouvait dans une morgue (rires).

Mais c’était un jour très impressionnant car tout notre staff était là, nos dirigeants. Car on travaille pour un très grand groupe qui s’appelle Newen. Il y avait beaucoup d’enjeux, pour eux c’était beaucoup de travail de préparation en amont. Quasiment deux ans de tractations, la mise en place d’un studio. Il y avait beaucoup de pression, mais finalement dès qu’on a dit « moteur » tout s’est fait naturellement. C’était le point de départ d’une très belle aventure. Je garde beaucoup de souvenirs très émouvants de ces débuts avec Ingrid notamment.

La saison 2020-2021 a été mouvementée pour Alex…

Vous trouvez ? Je n’ai rien fait de l’année (rires). Je n’ai jamais aussi peu tourné…

L’automne dernier a quand même été marqué par la fin du couple Chloé-Alex, ce qui n’est pas rien. Vous vous attendiez à une telle séparation avec fracas ?

Pas à ce point-là, non. Je ne m’attendais pas à une séparation aussi nette, aussi définitive. Je pensais qu’on pouvait affronter les problèmes à deux. En tous les cas je pensais que ces deux personnages pouvaient, certes, se faire déstabiliser parce que c’était devenu un peu plan-plan. Mais je ne pensais pas qu’on irait jusque-là dans une séparation. Et qu’on la traite aussi peu.

C’est vrai que ça a été un peu rapide…

Ce n’est pas traité surtout. J’ai un bébé depuis sept mois, je ne l’ai jamais vu. C’est une nounou qui s’en occupe, un beau-père, mais moi, le père, je ne m’en occupe pas. Ce n’est pas très grave de séparer les gens, mais c’est passer à côté d’opportunités de raconter des histoires qui font aussi partie de la vie d’aujourd’hui. La séparation, avec des enfants en bas âge, c’est aussi des histoires qu’on peut raconter. Ça touche aussi les gens.

Et comme Demain nous appartient est une forme de miroir déformant de la société française, et qu’on peut retrouver à l’intérieur de ce que nous racontons les problèmes des uns et des autres, c’est tout à fait le genre d’histoire que l’on aurait pu raconter. Et que pour l’instant on ne raconte pas.

Pensez-vous que Chloé et Alex vont finir par se remettre ensemble avec le temps ?

Je ne sais pas. Mais j’aimerais beaucoup. Je m’entends très bien avec Ingrid, j’adore travailler avec elle. Nos personnages ont deux enfants dans la série, trois avec Maxime qui est parti dans Ici tout commence. On a encore plein de choses à raconter. Et je pense que les téléspectateurs aiment voir ce couple ensemble. Mais on verra bien ce que les auteurs nous proposent.

Capture d’écran/TF1

Au moment de cette séparation, on a découvert les failles d’Alex, notamment à travers son alcoolisme. Vous étiez content que les auteurs vous offrent l’opportunité de sortir un peu de ce rôle de père parfait ?

Bien sûr. C’est important. Ce qui est intéressant chez les gens, ce sont les failles. Quand c’est lisse ça n’a pas d’intérêt. Donc là on les a bien exploitées je pense. On est allé au fond des failles. De manière un peu rapide parfois, un peu brutale. Mais on y est allé. Et puis, on verra si on en sort.

Que pouvez-vous dire au sujet de ce qui attend Alex cet été ?

En ce qui concerne mon personnage, il ne se passe rien (rires). Mais vers la fin du mois d’août il va se passer des choses autour de Judith (Alice Varela). Elle se pose des questions sur son avenir. Est-ce qu’elle va faire des études ? Est-ce qu’elle va choisir une autre voie ? C’est une question logique après le bac. Mais les intrigues de l’été ne sont pas portées par les Delcourt et les Bertrand en tout cas.

Catherine Allégret, qui incarne Jeanne, la mère de votre personnage, est revenue dans la série récemment et a eu pas mal de séquences avec Alice Varela notamment. On imagine que vous étiez heureux de la retrouver après une petite période d’absence ?

J’adore travailler avec Catherine. Elle est revenue un peu il y a quelque temps, c’est vrai, et depuis elle est repartie. Mais j’espère qu’on va pouvoir retravailler ensemble rapidement et avoir des intrigues un peu fortes elle et moi car j’adore travailler avec Catherine. C’est une actrice remarquable, et une très bonne partenaire de jeu. C’est un peu ma maman de fiction. C’est ma « mama », que j’adore.

Je sais que l’été elle aime être en Bretagne avec sa famille et ses petits-enfants. Mais je suis sûr que dès le mois de septembre elle va s’embêter. Elle sera heureuse de retourner à Sète. Elle aura ses petits avions, ses Nantes-Montpellier aux horaires qu’elle aime tant (rires) ! Et elle sera là, heureuse et souriante.

On évoquait tout à l’heure le 1000ème épisode, qui sera diffusé le 26 août sur TF1. A quoi peut-on s’attendre ?

Ça va être dingue ! C’est un épisode qui va provoquer un certain renouveau. Ça fait 4 ans qu’on est là. On est en train de concocter une belle 1000ème. Il faut quand même qu’on célèbre ça de manière agréable et joyeuse. Je pense que vous serez agréablement surpris par tout ce qu’on vous réserve.

Ce sera un épisode fort, mais pas que le 1000ème. Il y a tout ce qui va autour également. Un nouveau générique, de nouveaux comédiens, de nouveaux visages vont arriver. On fait de l’art vivant, on n’est pas figé. Et c’est bien qu’on puisse tous se remettre en question au bout d’un moment. On se remet en question tout le temps et on essaye d’avancer.