comme Nice, ces villes réimposent le masque en extérieur à cause du variant Delta

CARTE – Le maire de Nice, Christian Estrosi, a annoncé le retour du masque obligatoire dans certaines rues pour tenter de limiter les contaminations. Plusieurs communes françaises ont déjà franchi le pas ces derniers jours.

La liberté aura été bien éphémère. Quand Jean Castex a annoncé, le 16 juin dernier, que le masque ne serait désormais plus obligatoire en extérieur, c’est la France entière qui a poussé un «ouf» de soulagement. Depuis, l’arrivée du variant Delta s’est chargée de refroidir l’optimisme général. Plus contaminant que ses cousins, il pourrait être majoritaire d’ici ce week-end, a alerté le ministre de la Santé Olivier Véran. Conséquence : la courbe des contaminations ne baisse plus et la quatrième vague tant redoutée pourrait pointer le bout de son nez plus tôt que prévu.

La situation est particulièrement préoccupante dans les Alpes-Maritimes, département le plus touché de France avec 77% des cas de Covid-19 liés à cette nouvelle souche. Pour cette raison, le maire de Nice, Christian Estrosi, a annoncé sur Europe 1 une série de nouvelles mesures sanitaires dans sa ville, et notamment le retour du masque obligatoire dans certaines rues. «Je suis en train de regarder quels sont les secteurs qui nécessitent qu’il soit imposé. Mais nous allons l’imposer», a assuré l’édile au micro de la radio. Avant lui, d’autres mairies et préfectures ont pris des décisions similaires.

  • Le Touquet (Pas-de-Calais)

Le repaire familial d’Emmanuel Macron a été le premier à franchir le pas. Dès le 3 juillet, la Ville a pris un arrêté rendant de nouveau obligatoire le port du masque à l’extérieur pour les personnes de plus de 11 ans. Préoccupé par «l’augmentation constante de la présence du variant Delta sur l’ensemble du territoire», Le Touquet a choisi de faire courir cette obligation jusqu’au 31 août.

Cependant, le masque n’est imposé que dans les axes principaux de la commune : l’avenue Saint-Jean, le boulevard Daloz, la place Quentovic et les rues de Moscou, Metz, Londres et Paris, dans leurs portions comprises entre la rue de Bruxelles et la rue Saint-Louis. Les jours de marché, jusqu’à 14 heures, le masque est également obligatoire au milieu des étalages et sur une portion élargie de la rue de Metz. Les badauds peuvent en revanche déambuler sur la digue ou sur la plage le visage libre. «L’épidémie reprend, il y a un risque de quatrième vague, donc il faut anticiper plutôt que d’essayer de courir après le virus et la crise sanitaire, comme on l’a fait malheureusement trop souvent», a justifié le maire LR Daniel Fasquelle auprès de nos confrères de LCI.

  • Saint-Malo (Ille-et-Vilaine)

Si la cité corsaire avait fait tomber le masque hors des murailles le 19 juin, elle l’avait conservé intra-muros et sur les remparts de 11 heures à 21 heures. Un nouvel arrêté préfectoral pris le 6 juillet a prolongé cette mesure au moins jusqu’au 26 juillet, pour tenter d’endiguer la progression du variant Delta. Le port du masque reste également obligatoire dans les marchés de plein air, les brocantes, braderies, trocs, puces et vide-greniers. Mais aussi dans toute file d’attente sur l’espace public, les rassemblements revendicatifs, culturels, sportifs ou festifs organisés sur la voie publique. Il peut en revanche être retiré sur la plage.

«Pour éviter la diffusion du variant Delta et la dégradation de la situation épidémique», le préfet d’Ille-et-Vilaine Emmanuel Berthier a appelé «chacun à se faire vacciner, à maintenir la plus grande vigilance dans le respect des gestes barrière pour éviter une nouvelle reprise de l’épidémie et à faire preuve de bon sens : lorsque nous nous trouvons au coude-à-coude, ayons le réflexe de porter un masque».

  • Dax et Mont-de-Marsan (Landes)

Frappé en premier par le variant Delta, le département des Landes a également décidé de resserrer la vis en réimposant le masque en extérieur à Dax et à Mont-de-Marsan, mais seulement le week-end. Concrètement, il faudra porter le masque dès ce vendredi 9 juillet à partir de 18 heures jusqu’au lundi matin à 2 heures pour Mont-de-Marsan et 9 heures pour Dax. Toute la ville n’est cependant pas concernée. À Mont-de-Marsan, cette obligation s’étend à la place Saint-Roch, la rue Bergeron, la place Pitrac, la rue Montluc, la rue Gambetta, la place du Général-Leclerc et la place Charles-de-Gaulle. À Dax, elle concerne tout le centre-ville à l’intérieur des cours, le parc des Arènes et le parvis de la gare.

Les mairies des deux villes ont pris en ce sens des arrêtés municipaux qui courent jusqu’au 21 juillet. Le 7 juillet, la préfecture des Landes avait déjà annoncé la prolongation de certaines mesures, par arrêté préfectoral, en évoquant la «proportion» du variant Delta. Dans tout le département, le port du masque est donc obligatoire dans les zones à forte densité, dans les communes les plus touristiques comme Biscarrosse et Capbreton, mais aussi une trentaine d’autres villes.