Albi : un homme retrouvé mort et une femme grièvement blessée, l’ex-conjoint interpellé et placé en garde à vue

l’essentiel
Un Albigeois de 33 ans est en garde à vue au commissariat d’Albi depuis ce lundi matin. Il a été interpellé après une tentative d’homicide sur son épouse et l’assassinat d’un homme qu’il soupçonnait d’être l’amant de sa femme. Il devrait être déféré mercredi au parquet de Toulouse.

« Homicide volontaire et tentative de féminicide » a confirmé, ce lundi, Frédéric Cousin le procureur d’Albi, après une première audition d’une heure et demie d’un homme de 33 ans. Le suspect, un chef d’entreprise, se serait rendu vers 6 h du matin au domicile albigeois de son épouse, l’aurait agressée à l’arme blanche et laissée sur place grièvement blessée.

Il se serait ensuite rendu chez un homme habitant rue Léon Viala, route de Castres. Soupçonnant ce dernier d’être l’amant de sa femme, il l’aurait agressé à son tour à l’arme blanche. L’homme a succombé à ses blessures entre 6 h et 7 h. Une autopsie devra préciser l’heure exacte du décès.

Rapidement alertés par des voisins de l’épouse et heureusement très vite sur place, les pompiers d’Albi et le Samu du Tarn ont réussi à stabiliser son état pour qu’elle puisse être transportée en urgence à Toulouse où son pronostic vital est resté engagé pendant deux à trois heures. Lundi en début d’après-midi, son état s’était amélioré. Encore très choquée, elle ne pouvait être entendue.

L’auteur présumé de l’homicide et de la tentative de féminicide est revenu chez lui, en centre-ville d’Albi, après les faits. C’est un proche à qui l’homme a parlé qui lui aurait conseillé d’appeler la police. Les gendarmes du Tarn ont été saisis lundi matin tôt pour rechercher son véhicule. Le suspect serait resté sur le trottoir, devant chez lui,  à Albi, pour attendre les policiers.

Les tests d’alcoolémie, pratiqués lors de la garde à vue, se sont révélés négatifs, mais l’homme était semble-t-il sous l’empire de produits stupéfiants.

Inconnu des services de police et de la justice

L’enquête, confiée conjointement au commissariat d’Albi et au SRPJ de Toulouse, ne fait que commencer, avec la première audition du suspect. Sur place, les enquêteurs travaillent sur les deux scènes de crime. La deuxième est celle d’un assassinat. Les investigations devront définir si la première est celle d’une tentative de meurtre ou d’une tentative d’assassinat selon que la préméditation sera retenue ou non.

« Je ne m’exprime pas sur une garde à vue en cours » a précisé Me Alary, co-saisi avec Me Meyer-Soullier, du barreau d’Albi, pour assister l’homme en garde à vue. Laquelle devrait être prolongée jusqu’à un défèrement, probablement mercredi, au parquet de Toulouse.

De source proche de l’enquête, le suspect ne serait pas connu des services de police ni de la justice. Son épouse n’aurait jamais porté plainte contre lui. « Nous n’avons pas d’information laissant penser qu’il aurait été violent à son encontre » précise le procureur d’Albi.

Le couple, marié, vivait séparément dans deux logements d’Albi. Ils sont parents d’un enfant de 2 ans et d’un bébé de quelques jours.
Plaquiste-jointeur, l’homme travaille dans sa propre entreprise.
Le parquet de Toulouse devrait reprendre la main sur l’affaire dès mardi.