à bord du Shiki-shima, le train des quatre saisons

EN ATTENDANT LES JO – Les passagers assistent au défilé des saisons tandis que se succèdent les paysages d’un Japon rural et méconnu. Des excursions culturelles et les surprises d’une cuisine de haute volée agrémentent le voyage à bord de ce train de luxe vraiment pas comme les autres.

Lorsqu’il entre en gare d’Ueno (Tokyo), où il a son quai attitré, le chef de gare se met au garde-à-vous et le personnel en uniforme se courbe sur son passage. Son conducteur, sérieux comme un pape, porte des gants blancs. Inauguré en 2017, le Shiki-shima a droit à tous les honneurs, et monter à son bord donne le sentiment d’être soi-même privilégié. Son design a été confié à Ken Kiyoyuki Okuyama, connu pour avoir collaboré avec Ferrari, Porsche et Maserati. De là sans doute l’élégance de son fuselage couleur champagne, perforé de fenêtres aux formes géométriques.

Les dix voitures qui le composent sont équipées d’une salle à manger, d’un salon-bar et de 17 chambres, dont 2 grandes suites. Au total, le train-couchette peut accueillir 34 passagers. Son territoire couvre le nord de l’île de Honshu, et même un peu Hokkaido. Un Japon septentrional, habituellement peu connu des touristes. Plusieurs itinéraires sont proposés et la durée du séjour à bord dépend de la saison et du trajet ­choisis.

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 88% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous