Carnet de voyage en Pologne où Lódz fait son cinéma

Troisième ville du pays, l’ex-grande cité textile a longtemps été considérée comme le «Manchester de l’Est». Mais elle est surtout connue pour son école de cinéma et ses studios. Entre ruines industrielles, palais et bâtiments dernier cri, « Polywood » dévoile une scène créative en pleine ébullition.

Par Bérénice Debras (texte) et Éric Martin pour Le Figaro Magazine (photos).

Des kilomètres de briques, des usines aussi vastes que des casernes, des « palais » clinquants mêlant outrageusement les styles… Enfin, une certaine étrangeté comme échappée des films de David Lynch… Lódz (prononcez « Woudch ») a de quoi dérouter. La troisième ville du pays, à 130 kilomètres au sud-ouest de Varsovie, n’a ni de centre ni de place principale mais une colonne vertébrale, la rue Piotrkowska, semi-piétonne. S’étirant sur plus de 4 kilomètres, elle déroule son Walk of Fame, clin d’œil à Hollywood, sous ses façades Art nouveau fraîchement ripolinées. Derrière elles s’ouvrent des cours pleines de trésors : cinéma de plein air, peintures murales et mille et un miroirs collés sur les immeubles (Roza Passage, une œuvre de Joanna Rajkowska)… Tout autour, des immeubles lépreux attendent une rénovation pendant que les manufactures se réinventent dans un futur prometteur.

Surnommée le « Manchester polonais

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 94% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous